Tour du Monde: assurances et mutuelle

Tout projet comporte des risques qu’il faut mesurer et dont on peut se protéger. Pour un voyage autour du monde, il existe plusieurs solutions pour s’assurer contre les risques du voyage : tracas administratifs et frais médicaux.
Après avoir écumé de nombreux sites, on a eu le sentiment qu’on y dit tout et son contraire. Donc on apporte notre pierre à l’édifice de l’assurance tour du monde, pour présenter notre solution, en espérant éclaircir la situation.
Loin de nous l’idée de dénigrer les renseignements proposés sur d’autres blogs, car au final, nous nous sommes reposés sur certains d’entre eux.

L’assurance tour du monde : Notre constat

Lors d’un Tour du Monde, on recommande chaudement de se couvrir face aux risques qui seront rencontrés car :

  • une police d’assurance est parfois rendue obligatoire pour l’obtention d’un visa (Chine, Mongolie, etc.). En effet, une attestation d’assurance couvrant la période de séjour doit être jointe au dossier d’obtention du visa (documents à présenter pour l’obtention d’un visa touristique en Chine, en Mongolie, …);
  • ça permet de voyager sereinement pour profiter de son voyage pleinement;
  • on est toujours content d’être assuré. Quand on a un pépin, on est remboursé ; quand on n’a pas eu de problème, cool, tout s’est bien passé ! :-)
  • ça n’est pas si cher.

Selon nous, les risques du voyage sont de 3 ordres :
–          nous sommes victimes

  • la santé (maladie ou blessure),
  • les problèmes matériels (vol, perte de notre équipement).

–          nous sommes responsables

  • une assurance de Responsabilité Civile (dédommagement des victimes)

En rapprochant ces risques des organismes qui les garantissent, on comprend qu’il n’existe pas une « assurance tour du monde » qui englobe tout ; c’est un ensemble de solutions qu’il faut considérer :

Couverture des frais
SantéMatérielResponsabilité civile
Organismes de garantieFranceEtrangerFranceEtrangerFranceEtranger
Sécurité socialegreen-tick*
Complémentaire Santé (mutuelle)green-tick
Assurance habitationgreen-tick
(domicile)
green-tick
Assurance automobilegreen-tick
(véhicule)
Assistance / Assurance voyagegreen-tickgreen-tickgreen-tick

* éventuellement extensible à l’UE
Attention! La qualité des montants couverts reste à apprécier selon les cas et les contrats de chacun.
Chaque cas est particulier. Il se peut que certains bénéficient de conditions plus avantageuses.

Assurance tour du monde : comment s’assurer pour un tour du monde ?

Il n’y a pas d’assurance tour du monde à proprement parler qui nous couvre de tout. En général, on amalgame l’assurance tour du monde à l’assurance voyage, qui reste l’assurance principale à étudier lors d’un tour du monde. Mais on pense que ce serait une erreur de ne pas considérer les autres assurances.

Assurance voyage : Comment se garantir à l’étranger ?

Pour les assurances voyages, 2 critères principaux ont retenu notre attention.

–          Le prix, clairement un élément primordial ;

–          L’étendue de la couverture, en général réductible à 5 postes:

  • Rapatriement
  • Maladie
  • Bagages
  • Responsabilité Civile
  • Divers (indemnités de décès :-(, frais pénal, etc.)

Pour le choix, c’est du cas par cas entre toutes les offres proposées. Pour les petits budgets, 3 noms d’assureurs ressortent fréquemment : VISA, AVI International (Marco Polo) et un moins connu ASFE.
Difficile dans cette jungle de les comparer car chaque assurance indique des montants qui ne couvrent pas le même niveau de risque que sa concurrente ! Il est plus facile de lire dans le marc de café ; au moins, personne ne peut remettre en cause une erreur de lecture ;-).

Un exemple pour la forme : les bagages.
En terme de montant, ils ne sont couverts qu’à 800€ par VISA contre 2000€ pour Marco Polo ou Junior Expat’, donc 1 étoile pour VISA. Pour départager les 2 derniers, l’affaire se corse : la part d’objets de valeur (dont électroniques) n’est que de 400€ pour Marco Polo alors qu’elle monte à 1000€ pour Junior’Expat. Étant donné notre part de matériel électronique dans le voyage (ne serait-ce qu’un appareil photo correcte du petit tour du mondiste), les 1000€ ne sont pas de trop. Junior’Expat gagnerait donc la manche par  3 étoiles à 2 étoiles contre Marco Polo (et 1 étoile pour VISA). Nous n’avons même pas abordé les franchises ! Elles ne remettent pas en cause ce palmarès à notre avis.
Pour autant, il reste à aborder l’étendue d’application de cette garantie. Nous prenons le parti d’évaluer cela sur le nombre d’exclusions prévues au contrat. Alors que Marco Polo ne préconise que peu d’exclusions au fonctionnement de la garantie Vol de bagages, ASFE ou VISA sont plus exigeantes. Sans parfaitement en évaluer l’impact, une minoration de -1 étoile est méritée pour ces 2 dernières qui n’ont donc que 2 étoiles.

En synthèse des offres, notre appréciation a été la suivante (avant départ) :

  Visa
(carte bleue Premier)
ASFE
Junior' Expat
AVI International
Marco Polo
Prix / moisGratuit *36€49€ + 17€ (bagages)
Couvertureetoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96
RapatriementMontantetoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96
Etendueetoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96
MaladieMontantetoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96
Etendueetoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96
BagagesMontantetoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96
Etendueetoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96
Responsabilité civileMontantetoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96
Etendueetoile-icone-5157-96 etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96

* gratuit pendant 90 jours (3 mois)

Attention! La perception de la qualité de la couverture fournie par assureur est subjective, propre à nos besoins.

La solution idéale serait donc d’opter pour les 3 premiers mois avec l’assurance VISA Premier et les 9 mois suivants avec l’assurance proposée par l’ASFE.

Quelles assurances à conserver en France ?

Assurance habitation

En tant que propriétaires, vous conserverez une assurance habitation et donc une couverture de Responsabilité Civile en France (très utile quand vous êtes à l’étranger ;-).

Pour les locataires qui conservent leur logement, il en sera de même alors que si vous lâchez votre habitation le temps du voyage, vous allez résilier votre assurance habitation et ne serez donc plus couvert pour le Responsabilité Civile en France….mais encore une fois, il est improbable d’en avoir besoin en étant à l’étranger.

Assurance automobile

Plusieurs solution s’offrent à vous en tant que titulaire d’un véhicule:

  • Vendre sa voiture

La solution la plus simple et la plus logique car il n’est pas bon de garder son véhicule immobilisé et surtout inutilisé pendant un long laps de temps.

De plus, durant toute cette période, le véhicule perd de sa valeur.

  • Conserver sa voiture

Dans ce cas de figure, il convient :

  • Rester assurer plutôt que de se passer d’assurance
    • Permet de rester en accord avec la législation française
    • Permet de maintenir une présence ininterrompue dans les bases des assureurs afin de évolution normale du coefficient bonus/malus ; cela constitue une minoration à venir de vos cotisations (et donc une économie future).
  • Payer le moins cher possible 
    • La « hors circulation » ; 6 à 9 € / mois
      En classant son véhicule « hors circulation », vous vous engagez à ne pas faire rouler le véhicule. Le risque d’accident étant très faible avec un véhicule immobile, le coût de l’assurance en est réduit. En revanche, si ce statut est acquis dans certains cas qui justifient une immobilisation imposée du véhicule (mutation, soldats en mission, …), cela est différent pour un tour du monde. Nous sommes tributaires d’un geste commercial de notre assurance.
    • couverture minimale au Tiers ; 20 à 25 € / mois
      Assurer son véhicule au Tiers, avec franchise max, couverture réduite, … est ce qui revient le moins cher si on ne peut bénéficier d’une « hors circulation ». N’hésitez pas à comparer les assurances.

La Sécurité Sociale

Il est possible d’être couvert jusqu’à 12 mois après la date de la suspension de son contrat de travail (i.e. date de la dernière cotisation), qu’on quitte son travail ou qu’on bénéficie d’un congé sabbatique ou d’un congé sans solde.

Si vous partez plus de 12 mois, dans ce cas, il faut se renseigner auprès de votre Assurance Maladie sur les démarches à suivre.

La complémentaire santé (mutuelle)

Pour la mutuelle, le choix de rester couvert pour un incident santé ou non en France est plus discutable. Cela dépend de son aversion au risque.
Il semble étrange d’envisager avoir des problèmes de santé en France quand on voyage à l’étranger. Mais sachez qu’en cas de problème de santé grave à l’étranger, vous pouvez être rapatriés en France pour être soignés. Auquel cas votre assurance voyage ne prendra en charge que le rapatriement (et les premiers soins à l’étranger), laissant à votre charge les soins en France… Et la décision de rapatriement leur incombe ; nous ne pouvons pas imposer de nous faire soigner dans le pays où on est à leurs frais…
Il faut donc considérer le risque de payer des soins médicaux hors de prix en France, en cas de rapatriement. Plusieurs solutions petits budgets :

  • prendre une mutuelle à la carte, pour ne couvrir que les hospitalisations (accidents graves) en payant un minimum possible.
    Cela reviendrait entre 13€ et 30 € /mois si on s’en remet à Swisslife Ma Formule. A noter que pour les petites formules, ils se proposent de nous couvrir dès qu’on y souscrit.
  • conserver la mutuelle de votre employeur, qui vous couvre gracieusement mais bénéficie de prix négociés.
    En revanche, l’employeur ne paie plus sa quotte-part après un certains délais d’absence dans la société (cela doit dépendre des sociétés, renseignez-vous auprès de la votre). Vous aurez donc à charge la totalité de la cotisation au terme de cette période ou pouvez décider d’interrompre votre adhésion à ce moment-là et basculer sur la première solution ou ne plus prendre de mutuelle pour les mois restants.

Vous avez aimé cet article? Vous aimerez aussi ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *