Islande à vélo : de Höfn à la piste F35 en passant par Myvatn – A l’assaut des cascades, lacs, fumerolles et geysers!

De Höfn à Myvatn en passant par l’impressionnante et grondante Dettifoss

 

Journée de la fainéantise…Du moins c’est ce qu’on pensait au départ….. On embarque non sans mal dans le bus direction le Nord. Ce n’est pas nous qui avons du mal à embarquer dans le bus mais nos vélos. Le bus que nous empruntons s’avère être le plus petit du coin et c’est dans la remorque que nous devons entasser les vélos et les sacs de tout le monde! C’est plein! Et nous craignons un peu pour la « sécurité » de nos vélos…on verra. De toute façon, on n’a pas le choix.

Le temps est à la pluie, on n’est pas mécontent d’être au sec….même si nous n’aimons pas forcément ça. Faire tout à vélo aurait été l’idéal mais niveau timing, pour le parcours que nous souhaitions faire, c’était impossible.

En voyant tous les flords à passer, on sait qu’à vélo, ça aurait été long….très long!

Passer un fjord à vélo, c’est un épisode que nous retenons comme parfois assez pénible. En effet, on arrive à l’entrée du fjord et on en voit déjà le bout….Mais cela nous prend 2 à 3h à le passer….parfois 50km pour contourner un simple fjord…ça nous paraît beau pendant 10-20km mais après, ça nous paraît surtout très long!

Bref, le bus n’est pas une mauvaise idée.

On est juste un peu jaloux quand, lors d’une pause dans la ville de Breiðdalsvík, on voit 2 cyclistes à vélo…ça nous donne tout de suite envie de remonter sur les nôtres !

Petite pause déjeuner et le bus nous dépose en milieu d’am au croisement de la route qui nous mènera à la cascade Dettifoss.

Mauvaise surprise en sortant les vélos: crevaison à l’avant et surtout, un petit coup sur la fourche …:-(. Il fallait s’en douter. Ce n’est pas bien grave mais mettre une chambre à air en plein vent, sous la pluie en grelottant, c’est compliqué!

Les 20km pour arriver à Dettifoss sont vraiment durs. Il pleut et le vent est contre nous (encore!). Heureusement la cascade est superbe, avec un débit hors du commun : vraiment impressionnante!

Mais on n’arrive pas à se réchauffer et alors qu’on pensait pouvoir planter la tente dans le coin, on se rend compte que ça va être compliqué…on est dans un parc national: donc pas le droit de faire de camping sauvage….et continuer vers le nord pour trouver un camping sensé se trouver à environ 20km….vraiment pas envie! Le vent nous a abattus!

On décide donc de s’avancer sur la journée du lendemain. Demi-tour toute, on refait les 20km en sens inverse (avec le vent dans le dos, c’est une libération) et on reprend la route n°1 vers l’ouest. J’ai envie de camping sauvage mais Jean-phi a envie de se poser….On passe donc la grosse zone géothermique de Hverir en s’y arrêtant juste quelques temps avant d’entamer l’ascension et la descente (qui suit, forcément) vers le lac Myvatn.

On se pose au camping, tout au bord du lac…et on décide d’y rester pour 2 nuits. On a le temps. Le lendemain, on fera une journée de ride sans le chargement, tranquilles, dans le coin. Il est tard et la journée a été très éprouvante…

Pour finir, nous ne sommes pas mécontents d’être posé dans un camping, de pouvoir prendre une douche chaude et même de pouvoir profiter d’une tente commune chauffée (par la chaleur humaine) pour cuisiner.

1er jour Dettifoss

Trajet Dettifoss à Myvatn

 

Rider les volcans

 

Le lendemain, pour la première fois depuis notre départ, on retrouve le poids normal de nos vélos. On a enlevé tout le chargement et on décide de partir rouler dans le coin. On a réussi à lâcher le chargement mais pas encore les vélos…Pour le moment, nous n’avons pas passé une journée sans rouler !

On décide de se faire un petit ride sur le volcan Hverfjall. Le chemin pour y arriver est canon, enfin un petit single. Par contre, on ressent la fatigue des derniers jours…. On monte à vélo sur le volcan, devant l’incrédulité de tous les touristes qui nous entourent…mais le tour et la descente sont cool, ça valait le coup!

Islande à vélo Islande à vélo Islande à vélo

Retour au camping pour manger un bout avant de se remettre en route pour aller visiter le site de géothermie de Krafla . Une sacré ascension pour y arriver. Alors que le soleil nous a accompagné toute la matinée, les première gouttes de pluie suivies d’une simili tempête vont s’installer pour l’après-midi.

Eh oui, c’est ça l’Islande !
Le site est assez incroyable. On hallucine quand on voit un jeune couple planter sa tente au milieu des fumerolles….comme quoi, on peut bivouaquer partout! Certains n’ont peur de rien! C’est cool pour eux mais dans l’immédiat, ils gâchent un peu le paysage en plantant leur tente en plein milieu…Certes.

On finit par un joli « petit » cratère à proximité, qu’on fait l’effort d’aller voir alors que nous sommes transits de froid! Jean-phi se fait un sprint autour du cratère pour se réchauffer….la descente pour rejoindre la route n°1 va nous faire atteindre nos records de vitesse en Islande mais va aussi nous glacer les os!

2ème jour géothermie

Heureusement qu’il y la côte qui suit pour nous réchauffer : toujours plein de contrastes ce pays ;-).
Une dernière nuit au bord du lac parmi les moucherons et nous voilà repartis avec notre chargement.

 

Retour à la civilisation : direction Akureyri

 

Aujourd’hui encore, la journée sera ponctuée par les changements typiques de l’Islande. Les abords du lac, que l’on contourne par le sud, sont super jolis. On se régale des paysages.

On profite (avec une vent favorable en plus!), d’une descente qui durera du 25ème au 42ème kilomètre! Imaginez presque 20km sans un coup de pédale!!! Le pied :-). Ce sont, ce qu’on appelle, les km gratuits. Il faut s’en délecter de ceux-là. On ne se la ramène pas trop quand on croise un couple en sens inverse qui se tape donc…20km de montée non stop. La fille, qui pousse son vélo, est au bout de sa vie. On en profite encore plus, surtout qu’après le réconfort, l’effort!! On se reprend presque tout le dénivelé en même pas 10km! Ça pique!

Mais la matinée finit en beauté avec une magnifique descente et la découverte de la cascade de Goðafoss: exceptionnelle! On y sort notre matériel pour déjeuner: après ces 55km, c’est bien mérité.

Et puis c’est reparti pour une après-midi pas si facile…Après un long plat bien agréable, on prend 200m de dénivelé en plus en 5km…une belle ascension. Mais les montées sont souvent suivies de descentes (c’est le principe), et celle-là va bien nous plaire. Ne nous reste plus qu’à longer le fjord pour atteindre Akureyri: la 2ème plus grande ville du pays. Retour à la civilisation!

Après cette longue journée (presque 105km!), on mérite bien une petite bière ;-). On s’offre un super restau de mi-parcours pour y goûter les spécialités locales: une sorte de brandade pour moi et une bon steak de baleine pour jean-phi! Non, un steak de baleine, ce n’est pas pêcher en Islande…c’est un plat très répandu, les baleines étant très nombreuses autour de l’île.

3ème jour vers Akureyri

Trajet Myvatn à Akureyri

 

La route circulaire n°1 : encore et encore..

 

Cette journée se passe de commentaire…95km de la route n°1. Plus de 700m de D+ sur la journée…autant dire qu’elle n’est pas de tout repos. Le vent souffle et on trouve tant bien que mal un abri de fortune pour se faire à manger…Pas facile cette journée!

Et elle n’est pas finie…On va vite déchanter malgré la descente tant attendue! Le vent est d’une force incroyable. Encore une fois, impossible de se protéger l’un l’autre de peur de se percuter à cause des rafales. On est exténué! L’arrivée au camping de Varmahlíð est une libération. On se réconforte avec un bon petit repas au bord d’un feu de camp :-).

4ème jour - le vent

 

Direction la F35

 

La F35 semble être un peu LA route mythique des cyclistes en Islande. Nous avons lu partout que s’il y avait bien une piste à faire à vélo là-bas, c’était elle !

Mais en fait, il faut avouer que la F35 nous déçoit très vite : pas de grands paysages éblouissants…mais une étendue lunaire un peu monotone…A défaut de voir de superbes paysages, on avance. C’est un supplice pour moi car à chaque coup de pédale, mon genou me crie d’arrêter! Depuis ce matin, il me supplie de le laisser tranquille. Il en est biensûr hors de question, mais ça devient dur.

Vers 19-20h, on décide d’enfin s’arrêter pour bivouaquer quasiment au bord de la route…sur une étendue plane. Pas de belle vue aujourd’hui mais ce qui est sûr, c’est que nous ne sommes pas dérangés par la foule !

5ème jour F35

5ème jour F35 - trajet

 

Hveravellir

 

Le lever est compliqué : le genou, la fatigue qui se fait sentir, une fièvre qui pointe le bout de son nez….Ce n’est vraiment pas la grande forme ce matin!

Heureusement, nous n’avons que 40km à faire aujourd’hui pour atteindre Hveravellir où nous décidons que nous allons dormir. C’est un site géothermique très connu en Islande.

On l’atteint quand même péniblement et surtout, une fois arrivés là-bas, je suis frigorifié. Malgré le repas chaud dans la salle bien chauffée du restau du site, impossible de me réchauffer.

Jean-phi part installer la tente dans le froid et le vent (et sous la pluie). Une fois notre campement installé, je m’y précipite pour me lover dans mon sac de couchage. Je n’en bougerai presque plus de l’aprem ! Jean-phi part se balader dans les fumerolles et revient me chercher en fin d’am pour se lover, ensemble,  dans les bains chauds :-) : le réconfort de la journée !

6ème jour Hveravellir

6ème jour Hveravellir - trajet

 

D’un site géothermique à un autre: de Hveravellir à Kerlingarfjöll

 

La nuit semble avoir été un peu réparatrice, au petit matin je me sens un peu mieux et prête à affronter les 40km de la journée. Encore une petite journée en terme de kilométrage…ça tombe bien! Comme on se dirige enfin vers le Sud, on s’attendait à ne plus rencontrer la difficulté du vent mais manque de bol aujourd’hui, le vent est presque du Sud! :-(

Nous allons affronter, sans aucun conteste, les 40 km les pires de notre vie : vent, piste défoncée, montées à répétition…Nous atteignons des records de lenteur : 8,9km/h !!! A priori, la nuit n’a pas été si réparatrice! La dernière montée est un supplice…le vélo semble peser une tonne…non, définitivement, ce n’est pas toujours facile de voyager à vélo! La vue du camping de kerlingarfjöll est une libération !

On monte tant bien que mal la tente sous des bourrasques de vent (enfin….d’abord on aide un couple de retraités français à monter la leur…car ils étaient plutôt mal partis et partis pour dormir sans tente à la vitesse où elle s’envolait !). Nous nous félicitons du choix de notre tente qui n’a pas (ou presque) de prise au vent.
On sait qu’on monte la tente pour 2 nuits et ça nous met en joie ;-). Je me sens épuisée! On s’offre donc un bon repas et un bon repos pour se remettre de ces 40km de supplice!

7ème jour vers Kerlingarfjoll

 

Kerlingarfjöll

 

Le lendemain matin, Jean-phi part seul à l’assaut de l’Austurfjöll (sommet à 1100m) non sans quelques perturbations météorologiques : le vent et la pluie sont de la partie. Puis, bien reposée, on profite de l’après-midi un peu plus clémente pour se balader au cœur de cette zone géothermique…On vous laisse admirer. Ça se passe de commentaire. Ce coin est exceptionnel !!!

Islande à vélo Islande à vélo Islande à vélo

Islande à vélo Islande à vélo Islande à vélo Islande à vélo

 

Fin de la piste F35: Gullfoss et Geysir

 

Une journée de repos, ça fait du bien. Bien remis et le genou reposé, on reprend notre petit train train habituel pour se mettre en route le lendemain. Remis, il fallait l’être pour affronter la météo islandaise bien capricieuse. On reprend vite notre rythme de croisière : 71km pour boucler cette piste F35 et arriver aux cascades Gullfoss (les plus connues de d’Islande) puis 25km pour arriver à Geysir (le geyser le plus connu). Ces 2 sites font partie de ce qu’ils appellent en Islande « le cercle d’or ». En gros, quand on vient en Islande et qu’on n’a pas beaucoup de temps pour tout visiter, il y a ces incontournables qui constituent un circuit d’une journée de Reykjavik : en moins de 300km, on visite Gullfoss, Geysir et le parc national de Thingvellir (ce sera demain pour nous). On a l’impression de revenir d’un coup à la civilisation en voyant des gens ! Pleins de touristes ! Du coup, on cherche un petit coin isolé pour passer la nuit…on trouve un petit coin plat le long d’une rivière avec Geysir en ligne de mire : qu’on est bien !

9ème jour Gullfoss et Geysir

 

Þingvellir

 

Le lendemain sera marqué par les retrouvailles avec la civilisation et les stations-service ;-).
On refait un petit tour au geyser avant de se remettre en route…une bout de chemin vraiment très sympa pour arriver à Laugarvatn où nous allons manger dans une….station-service! Le chemin est sympa mais ne nous laisse pas de souvenir impérissable, il faut l’avouer.

En écrivant cet article 7 mois plus tard, pas facile de se souvenir de tous les détails de la route. Nous nous souvenons surtout de la partie suivant et de l’arrivée sur le lac Þingvallavatn : super jolie! D’abord parce que c’est une descente qui nous y mène ;-), mais surtout parce qu’arrivée le long du lac, on prend une route parallèle pour longer le lac et que cette route est super calme et jolie. On retrouve de la végétation et même du soleil!

On se perd un peu, de temps à autre, dans les méandres de petits chemins menant au lac. On observe les pêcheurs plongés, littéralement, dans l’eau…C’est paisible.

Islande à vélo Islande à vélo Islande à vélo Islande à vélo

10ème jour vers Thingvellir

 

Vous avez aimé cet article? Vous aimerez aussi ...

2 reflexions sur “Islande à vélo : de Höfn à la piste F35 en passant par Myvatn – A l’assaut des cascades, lacs, fumerolles et geysers!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *