Islande à vélo – derniers coups de pédale

Le programme initial, une fois à Þingvellir, était de rejoindre Reykjavik tranquillement pour terminer ce trip islandais. Mais ayant « gagné » 2 jours au Landmanalaugar (si vous n’avez pas lu cet épisode, c’est par là 😉 ) et ayant, à la base, planifier un rab d’une journée en cas de problème, nous nous retrouvons avec 3 jours supplémentaires.

Pas question de ne pas les mettre à profit pour profiter encore de la beauté de ce pays et du plaisir que nous prenons à voyager à vélo. Nous décidons donc de repartir vers le Nord par la piste 550 et d’en redescendre par la côte. Un « petit » rab de 250 km.

 

La piste F550

Avant de reprendre la route, on visite quand même ce site que l’on découvre être si convoité!  Þingvellir est connu pour avoir été le siège du premier parlement au monde (Althing). Le site est traversé par une énorme faille. Après une nuit quasi seuls au bord du lac (seuls les moucherons nous ont tenus compagnie), on se retrouve dans une foule incroyable de touristes, jusqu’à avoir du mal à avancer ! On n’a plus l’habitude et on a limite l’impression de suffoquer.

A croire que nous sommes devenus sauvages…ou alors nous l’étions déjà ;-). En tout cas, on est heureux de reprendre nos vélos pour nous évader loin de cette foule!

Islande à vélo Islande à vélo

 

Nous voilà repartis sur un bout de piste et c’est sans regret. Même si quelques montées sont bien raides et n’en finissent pas, les paysages sont, encore une fois, magnifiques. On croise à peine quelques 4×4 sur la journée. Pour le coup, cela contraste avec le début de la journée : on se sent seul au monde!
La journée n’est tout de même pas de tout repos: 72km de piste et un « petit » vent pour ne pas changer ;-).

De pingvellir

Trajet de pingvellir7

On arrive bien fatigués à Husafell où on s’installe dans un camping: douche chaude au programme et petit apéro pour se récompenser! Mais comme l’épicerie est dévalisée, on doit se rabattre sur la « bière » locale qui s’avère être immonde! Le vent…la bière…la pluie….non! Malgré la beauté des paysages, nous ne semblons vraiment pas être islandais dans l’âme ;-).

Vers Borganes

Et le lendemain, c’est reparti pour le petit train train habituel qui nous prend une heure tous les matins: ranger toutes nos affaires pour tout caser dans les sacoches, plier les matelas (et ce n’est pas chose facile de les faire entrer dans leur mini housse), plier la tente, faire la pression des pneus, installer le panneau solaire…bref on ne s’ennuie pas ;-).

Et on ré-enfourche nos vélo. On pensait que la route serait beaucoup moins sympa aujourd’hui mais très vite, on tombe sur une superbe cascade où l’on part se balader un peu. C’est une journée à faible kilométrage: on a le temps !

On profite également pour visiter un énorme site géothermique où ils font même pousser des tomates! C’est impressionnant. Etant dans une grosse zone géothermique, on pensait trouver des sources chaudes facilement pour se prélasser un peu mais, même si nous voyons des fumerolles ici et là, rien ne semble vraiment accessible au public…Tant pis!

C’est quand on rejoint la route n°1 que ça devient un peu moins fun mais ça va, on n’a pas tant de km à faire. On arrive super tôt à Borganes, de quoi avoir le temps de faire s’installer, faire nos petites courses et de reprendre les vélos pour aller boire une bière, une vraie! 😉 Mais c’est non sans mal que nous trouverons un « troquet » pour boire un verre. La ville est toute petite en fait et il n’y a pas vraiment de bar ni même de restau…on se retrouve dans un restau chinois aussi accueillant que certains chez nous…mais on en avait envie de cette petite bière!

Vers Borganes

Trajet de pingvellir vers Borganes

 

Direction Reykjavik : un fjord…des fjords!

Après une bonne nuit, c’est reparti direction Reykyavik. C’est presque la fin de notre périple, on retourne vers la civilisation, rien que l’idée nous procure d’étranges sensations. On est parti pour une journée pleine de surprises néanmoins. Le trajet est assez sympa, on passe d’un bras de terre à un autre…

Mais alors qu’on pensait pouvoir passer d’un bras de terre à un autre par un tunnel sous-marin de 7km, on arrive devant un panneau qui nous indique gentiment que ce tunnel est interdit aux vélos! En soit, ce n’est pas très grave, sauf quand on comprend que cela nous oblige à contourner tout le fjord qui fait…60km! Etant donné l’orientation du vent, cela signifie 30 km contre le vent et 30km avec le vent dans le dos. Il va juste falloir être fort sur les 30 premiers km! Le Fjord est super joli, c’est juste frustrant de savoir que pendant 60km, on va voir la même chose ;-).
Au bout de 20km, on se donne du courage avec un bon burger dans une station service. Et on repart…remplis de courage!
Islande à véloIslande à vélo Islande à vélo Islande à vélo
Arrivés à bout de ce fjord, on est heureux et en même temps, cela signifie qu’on renoue avec la route circulaire n°1 et qui plus est, à proximité de Reykjavik: cela signifie que la circulation es td’une densité incroyable. On en vient à regretter les 60 km dans notre petit fjord et surtout nos beaux jours dans le contrées reculées de ce magnifique pays.
La suite de la journée est beaucoup moins drôle. On se retrouve coincé au milieu de hordes de voitures et camions .Aux abords de la capitale, on a l’impression de rouler sur le periph (pas sûr que ce soit très autorisé pour les vélos tout ça 😉 ).
 Trajet vers Reykjavik
Bref, on est content d’arriver enfin au camping de Reykjavik qui est d’ailleurs encore l’un des supers trucs qui existe en Islande: un camping en plein milieu de la capitale. Et quel camping! C’est un vrai camp de gitans: des infrastructures partout: sanitaires, barbecues, etc…et des tentes partout partout partout. On s’installe dans un petit coin tranquille et malgré la longueur et la fatigue de la journée, on décide de partir manger en ville pour fêter notre arrivée dans la capitale et la quasi fin de notre périple. Il ne nous reste plus qu’une journée  avant de reprendre l’avion :-(.
La ville n’est pas magnifique mais pas désagréable non plus…On roule un peu en ville avant pour prendre un peu l’ambiance. On arrive au port où l’on « étudie » plusieurs cartes (par tranche d’année) présentant les échouage de bateaux…l’Islande est bien rude vu le nombre de bateaux échoués!

On se trouve un petit restau bien sympa pour manger un bonne brandade et un super fish & chips! On se régale mais ça sent trop la fin! En rentant au camping, on assiste à un magnifique coucher de soleil…rare à cette période en Islande!

Reykjavik

 

Reykjavik : journée détente

Le lendemain, c’est journée détente. On décide d’aller se prélasser à la piscine de Reykjavik: multitudes de bains chauds (et froid): il y en a pour tous les goûts (de 35 à 45°), il y a le bain gelé pour se raffermir un peu la peau et il y a ce magnifique bassin 50m pour nager qui nous fait rêver et le sauna biensûr….
Bref, de quoi faire oublier à notre corps ces 3 semaines de vélo 😉

On profite du reste de la journée pour se balader en ville et acheter nos 2-3 petits souvenirs…(de la bonne laine islandaise 😉 )…Et on profite des barbecs mis à dispo au camping ;-).

Reykjavik 2

 

This is the end

Et voilà, le lendemain, c’est le grand départ…le dernier! On recommence notre train train mais pour la dernière fois….ça n’a pas la même saveur! On galère à sortir de la ville.On voulait éviter les grands axes car notre arrivée dans Reykjavik ne nous avait pas particulièrement plu mais du coup, on fait des tours et des détours pas possibles. Ça nous fait un peu stresser puisque pour le coup, nous avons un impératif horaire aujourd’hui…un avion à prendre quand même! Du coup, on se décide finalement à rejoindre un grand axe pour enfin se retrouver sur la route qu mène à l’aéroport.

Nous avons 50km à boucler dans la matinée pour être à l’heure pour noter avion. La route est longue…il pleut…de quoi bien nous remonter le moral. On arrive enfin aux alentours de midi. On retrouve nos sacoches intactes, Ynvi nous appelle un taxi et voilà…Bye bye Iceland…Ce trip, on en avait rêvé. Il a été à la hauteur de nos espoirs. Plus dur que ce qu’on s’était imaginé sans doute mais encore plus beau!

Islande à vélo Islande à vélo

On rentre mais on a déjà hâte de repartir!

ISLANDE A VÉLO : THE END!

 

 

Vous avez aimé cet article? Vous aimerez aussi ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *