Islande à vélo : du Landmannalaugar à Höfn

 

La F208 : départ du Landmannalaugar direction le Sud

Quel suspens! Il est certain que vous vous posez tous la question de savoir si l’option que nous avons choisi de prendre la F208 vers le Sud alors qu’elle est fermée est la bonne. ;-)…

Rappelez-vous, nous nous étions quittés alors que nous nous endormions dans notre petit cocon : notre tente, au milieu de toutes les autres tentes de tous les autres touristes, dans ce simili camp arctique qu’est le camping du Landmannalaugar! Au petit matin, le rituel commence : on prend le petit-déjeuner composé de flocons d’avoines, de fruits secs et de lait en poudre recomposé, on range nos petites sacoches, notre tente, on charge les vélos…et on est prêt à se mettre en route. On s’amuse, il faut l’avouer, d’un couple de français (la trentaine) qui, comme nous, ont chargé leurs vélos. Mais ils nous avouent qu’ils sont venus en bus en fait et nous les voyons (c’est assez comique) recharger leur vélo chargé dans les soutes du bus pour repartir…Mouais. Ce n’est pas la conception que nous avons du voyage à vélo mais bon. On peut en effet comprendre qu’il soit compliqué de venir jusqu’ici en vélo vu l’état des pistes…mais dans ce cas pour un simple A/R, il faut faire comme l’australienne que nous avons rencontré la veille : laisser son vélo dans une auberge et faire l’A/R en bus sans se surcharger…Soit. Nous sommes bien contents de repartir à vélo nous !

En partant, on croise le 4×4 d’une famille rencontrée la veille qui nous crie « eh, vous savez quoi ? La F208 est ouverte ! ». Nous sommes incrédules. On pédale comme des fous pour constater en effet, 500m plus loin que les panneaux ont disparu. La F208 a ouvert pour nous !!! C’est une belle journée qui commence et ce n’est pas peu dire. Le ciel est d’un bleu éclatant et nous sentons à peine un petit souffle de vent. Et la piste venant d’ouvrir, elle est toute lisse…elle a été damnée le matin même ! C’est limite trop facile ! 😉

Cette piste est incroyable. Le temps nous aide à l’apprécier mais sincèrement, les paysages traversés sont féériques. Le premier guet à passer nous amuse. On enlève les chaussures, on enfile nos chaussons de kayak et on traverse en portant les vélos. Oups : rectification. Jean-phi traverse en portant son vélo, retraverse et traverse une troisième fois en portant mon vélo ;-). Moi je filme :-). C’est rigolo mais on se les pèle grave. L’eau est gelée. Au troisième guet, on se risque à passer en vélo. Ça passe. De toute façon, tant que ça passe pour Jean-phi, ça passe pour moi, sinon je porterai mon vélo pour éviter de tomber à l’eau ;-). On alterne entre portage et bain de vélo. On ADORE ! On croise très très peu de véhicules : moins de 10 sur la journée. Et comme nous sommes en Islande, forcément, le ciel bleu ne va pas nous accompagner toute la journée. Nous aurons même le droit à un peu de grêles…Mais rien ne gâchera cette journée.

Au détour d’une montée, on croise un autre cycliste lancé dans la descente lui. Il doit avoir 70 ans et a de grandes ressemblances avec le père noël. Ce papi est incroyable, hors du temps (autrement dit : il ne ressemble pas à grand-chose) ! On l’aime déjà ;-).

Islande à vélo Islande à vélo

Islande à vélo Islande à vélo

On s’arrête au camping d’Holaskjol pour déjeuner (même s’il doit déjà être dans les 14h) et on se remet en route. Il est déjà tard mais on décide de faire un détour par la faille d’Eldgja. Eldgja signifie « la gorge de feu ». C’est une fissure éruptive au bout de laquelle se trouve une cascade : Ofaerufoss. Franchement, on aurait pu bivouaquer dans le coin mais on décide de continuer encore un peu.

Le reste de la journée est moins impressionnant et surtout, on commence à fatiguer. On décide de ne pas rejoindre directement la route n°1 de peur de ne pas trouver de lieu isolé où bivouaquer. On prend donc la route 209 qui rallonge de 20km pour le lendemain, mais où on croiserait un village avec un camping d’après notre carte. Mais une fois sur place, il semble avoir disparu. A force de demander, on nous explique qu’en effet, il a été supprimé bien qu’il soit encore indiqué partout. La propriétaire du Bed & Breakfast nous invite cependant à planter notre tente dans sa plaine et à utiliser ses toilettes et remplir nos gourdes. Le lieu n’est pas idyllique mais il fera l’affaire pour nos corps meurtris de fatigue !

Islande à vélo Islande à vélo Islande à vélo

5è jour Islande

 

En route vers le glacier Vatnajökull

La journée du lendemain est bien moins fun, il faut l’avouer. On rejoint très vite la route n°1 pour ne plus la quitter avant…quelques temps ! Heureusement, elle n’est plus aussi fréquentée que ce que nous avions connu en quittant Selfoss. Mais la pluie fine et le temps maussade n’aident pas à rehausser cette journée. 40km plus loin, nous voilà à Kirkjubaejarklaustur. On y fait nos courses pour remplir nos besaces amoindries et on mange…un burger ! Ca faisait longtemps ;-). Il est 14h-14h30, il ne fait vraiment pas très beau…il ne nous reste plus qu’à rouler. Et on repart pour 70km de route ! L’objectif : Skaftafell. C’est un lieu enclavé dans des bras de glacier (Vatnajökull est d’ailleurs le plus grand glacier d’Europe) et nous avons envie d’y être ce soir pour profiter entièrement de la journée là-bas le lendemain. On avance à un bon rythme vent de côté (16km/h en moyenne ok…certains nous diront que ce n’est pas un bon rythme, mais en Islande, chargés et avec le vent…c’en est un !). Ca aura été une grosse journée : 110km…On est content d’arriver et de faire une petite pause le lendemain. Le camping à Skaftafell est énorme mais vraiment bien fait, on se trouve un coin sympa avec une jolie vue.

Islande à vélo Islande à vélo  Islande à véloIslande à vélo

6è jour Islande

 

Skaftafell

C’est mon anniversaire aujourd’hui et ce sera, sans doute, l’un des plus beaux ! On part pour une randonnée exceptionnelle : 6h pour un aller/retour au sommet du Kristinartindar (1126m) d’où l’on a eu une vue incroyable sur les glaciers, en passant par une très jolie cascade et une arête très aérienne. Ça nous fait du bien de marcher l’air de rien et on a beaucoup de chance : c’est une journée magnifique ! Retour vers 15h, on s’offre un fish & chips au « troquet » du camping avant de remballer nos affaires et de reprendre la route !

On repart pour 40km environ. Il est 16h et on a le vent dans le dos, on se dit qu’à ce rythme-là, 2h plus tard on y est ! Mais c’est sans compter sur les surprises de l’Islande. Au détour d’un virage, même si l’on change un peu de direction, il arrive d’une façon assez surprenante que nous nous retrouvons avec le vent totalement de face ! Et un vent d’une force…On a un mal fou à avancer et on ne peut même pas se protéger l’un l’autre car le vent nous projette régulièrement et nous fait dévier de quasiment un mètre à chaque rafale. C’est dur. Vraiment. Pour finir, après avoir démarré à 20-25km/h, on finira la journée avec une moyenne à 13km/h ! Imaginez !

Et puis les difficultés ne s’arrêtent pas là. On arrive au lac fjallsárlón où l’on pensait bivouaquer. Mais en fait, si le lac est magnifique, les alentours sont complétement en travaux et en plus, nous avons du mal à trouver une zone plane et un peu isolé à proximité pour planter la tente. On décide donc d’emprunter le sentier qui mène du lac fjallsárlón au lac glaciaire Jökulsárlón. Mais ce sentier est semé d’embuches,  très dur à rouler…et paf. La crevaison sur le vélo de Jean-phi. Il fait froid, on est fatigué et il faut tout déballer pour trouver la chambre à air au fond des sacoches. Dur dur. On met du temps à pouvoir se remettre en route. On a le moral un peu dans les chaussettes. Après cette belle journée, c’est dommage mais le vent nous a mis à plat. Heureusement, à force de persévérance, on trouve un coin plat et presque sans roches volcaniques ;-). Nous ne sommes pas à côté du lac glaciaire mais nous avons une vue…exceptionnelle. Elle nous réconcilie avec la fin de cette journée qui était un peu partie en vrille ;-).

7ème jour Islande

Islande à vélo Islande à vélo Islande à véloIslande à vélo Islande à vélo Islande à vélo

 

Route circulaire n°1

Aujourd’hui, ce sont plus de 90km qui nous attendent et exclusivement sur la route n°1. On débute par seulement une dizaine de km pour arriver aux abords du célèbre lac glaciaire de Jökulsárlón. Avant d’y arriver, on bifurque pour rejoindre le sentier (qu’on avait emprunté la veille) pour rouler vraiment au bord du lac. C’est un peu plus roulant que la veille et c’est super joli ! On prend le temps de faire quelques films et photos.

Le reste de la route sera assez sympa malgré le bitume de la route n°1. On s’arrête pour déjeuner sur le bord de la route, à l’abri d’une vieille locomotive glaciaire. Un dépaysement total !

Islande route 1

8ème jour Islande

93km plus tard, nous voilà enfin à Höfn, la destination du jour. On s’arrête au camping et on a le temps de monter la tente tout juste avant les premières gouttes. On profite enfin d’une douche et surtout, on va (encore) se prendre un « petit » burger à la station-service du coin ;-).  « Petit » parce qu’en fait Jean-phi ne peut résister devant le menu familial…4 burgers, 4 frites, 4 boissons…..c’est bon, on a repris des forces !

Et pourtant, on n’en a pas trop besoin pour le lendemain puisque pour pouvoir boucler notre tour et pour zapper une portion que l’on jugeait moins intéressantes, ce sont 300km à bus qui nous attendent demain…car demain : direction le Nord !

 

Vous avez aimé cet article? Vous aimerez aussi ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *