Islande à vélo: les préparatifs

Trip réalisé par Elise & Jean-phi en Juillet 2016

Nous avons écrit un article pour le magazine « Carnet d’aventures » sur notre trip en Islande…il n’est pas encore paru malheureusement…mais du coup, se présente la question de savoir si l’on reprend tout simplement cet article ici ou si l’on tente de vous faire un récit plus détaillé de notre trip.

L’article, nous l’avons intitulé « Incertislande » : la contraction toute simple de « Incertitude » et « Islande ». Etant sur une petite île, très exposée aux événements climatiques extrêmes, on savait qu’on serait exposé à des changements très fréquents de la météo. Mais au-delà de l’incertitude météorologique, nous avons été soumis à de réelles incertitudes tout au long de notre périple, passant de moments de désespoir à des moments d’euphorie, passant d’un état de lassitude à un état d’émerveillement. Bref, l’Islande nous a mis dans tous nos états. Nous reprenons donc dans cet article, des moments très marquants de ces changements d’état vécus au cours de notre trip…Mais comme on ne sait jamais, peut-être il paraîtra un jour, on ne va pas le reprendre tel quel ici. Nous nous en inspirerons pour ce post, mais nous allons essayer de faire un peu différent.

Ce trip, nous le préparons depuis des mois…Enfin…préparer serait un bien grand mot. Nous l’avons, en fait, en tête depuis des mois. Nous sommes certains d’une chose : nous allons partir 3 semaines en Islande, et nous la parcourrons à vélo ! Voilà. La préparation s’arrête là…

Non. Plus sérieusement, on y pensait depuis un long moment et ça a commencé à devenir plus concret lors de notre visite au festival cyclo-camping international qui se tient à Vincennes tous les ans en Janvier. Nous évoquons ce projet avec des membres de l’association qui nous évoquent, justement, une fiche pratique sur des itinéraires conseillés qui existent sur leur site. C’est l’un des seuls pays qu’ils ont mis en ligne pour le moment ! A priori, c’est un pays qui se fait beaucoup à vélo, ça nous rassure (et en même temps, le cas contraire, ça n’aurait rien changé 😉 ). En rentrant du festival, on file donc quérir cette fameuse fiche pays. Elle est bien existante. On la met de côté, elle nous servira quand on cherchera à établir notre itinéraire.

Et puis petit à petit, l’idée fait son chemin : on achète une carte générale de l’Islande puis des cartes assez précises au Vieux Campeur (peu de temps avant le départ il faut l’avouer) et surtout, on réfléchit aux vélos…On réfléchit beaucoup car nous avons une réelle problématique : nous n’avons, tous les 2, que des vélos tout carbone. Et pour un trip comme celui-ci, ce n’est pas, mais alors pas du tout conseillé. Heureusement que nous gardions cette info pour nous car quiconque, un peu connaisseur, à qui nous aurions évoqué cette donnée nous aurait ri au nez ! Mais la problématique est réelle et il va falloir composer avec car nous ne comptons pas investir dans de nouveaux vélos d’ici là. Surtout que nous adorons nos Santa Cruz made in @MountainbikerParis! Il nous faut donc trouver un moyen de pouvoir charger les vélos. Nous avons pensé tout d’abord à la remorque, qui se fixe sur l’axe de roue. Mais biensûr, comme vraiment, on a décidé de faire différemment, nos VTT n’ont pas les axes de roue compatibles avec les remorques: pas le bon diamètre. Après maintes recherches, nous tombons finalement sur un porte-bagage des plus novateurs . C’est Thule qui propose ça : un porte bagage qui se fixe sur le cadre. Sans plus attendre, on l’achète et le résultat est surprenamment…parfait. C’est exactement ce que nous recherchions.

porte-bagage-velo-avant-ou-arriere-thule-packn-pedal-tour-rack

On achète les billets d’avion et on y fait ajouter un vélo chacun et voilà, on est prêt…Euh non, pas vraiment en fait. Un jour on s’affole : l’itinéraire, les sacoches vont-elles tout contenir, quoi emmener comme spare pour réparer les vélos, quoi emmener comme bouffe…mince, il nous faut l’itinéraire pour savoir combien de jours d’autonomie emmener en bouffe…et puis les vélos, on les emmène dans des sacoches bien protégés (ben oui parce que le carbone en plus, c’est fragile !) alors les sacoches, on les stocke où une fois sur place ? Mince, y’a du boulot en fait !!! Un petit coup de stress et on s’active. On boucle l’itinéraire sur Bike map et on le trace sur nos cartes, avec les points de ravitaillements.

Cartes emmenées

On calcule les jours d’autonomie alimentaire nécessaires. On fait la liste de ce qu’on souhaite emmener. On achète un chargeur solaire…on a besoin d’autonomie ! On rassemble le tout. On met tout dans nos sacoches. On charge le tout sur nos vélos. Ça passe…tout juste, mais ça passe…Ouf ! Après maintes recherches, on se dégote un airbnb proche de l’aéroport, non pas pour y dormir mais pour y faire dormir nos sacoches pendant 3 semaines moyennant 30€. C’est raisonnable et pratique. Et voilà, il est déjà temps de partir.

Préparatifs - la bouffe

Alors on décharge tout : on ne va pas embarquer nos vélos comme ça ! On empaquette nos vélos dans les sacoches, on enfourne nos sacoches dans 2 gros sacs de voyage et nous voilà enfin prêt !

Islande - préparation des vélos Islande - préparation des vélos Islande - préparation des vélos

Islande - préparation des vélos Islande - préparation des vélos Islande - préparation des vélos

Direction Charles de Gaulle, Doudou, noter fidèle serviteur toujours dispo pour nous, tente de se faire une petite place dans la voiture entre les 2 grosses sacoches et les sacs. Ce sera le gardien de notre voiture pendant ces 3 semaines. Il file avec la voiture, nous laissant bien chargés à l’aéroport. Les paquets de jambons secs posés et oubliés sur le toit de la voiture le temps de tout décharger s’envoleront à tout jamais. On ne les retrouvera jamais ;-). Et voilà, on embarque pour ne faire qu’une chose pendant ces 3 prochaines semaines : pédaler ! (et braver les intempéries aussi).

Vous avez aimé cet article? Vous aimerez aussi ...

3 reflexions sur “Islande à vélo: les préparatifs

  1. Verdier Jacques Samuel

    Quelle compagnie aérienne avez vous empruntée pour vous rendre à Reykjavick? Quelles sont les obligations en matière de conditionnement des vélos pour leur acheminement?.
    Merci par avance; nous étudions un prochain voyage en Islande pour cette année.

    1. traveleasy Auteur de l'article

      Bonjour,

      Nous sommes partis avec la compagnie Icelandair.
      Voici les informations demandées concernant les vélos:
      -Votre vélo est transporté dans un emballage protecteur (carton, plastique résistant)
      -Le guidon est tourné le long du cadre du vélo
      -Les pédales et autres parties saillantes sont retirées
      -Les dimensions ne dépassent pas : 221L x 102W x 56D (centimètres) ; ou 87L x 40W 22D (pouces)
      N’hésitez pas pour de plus amples informations!
      Elise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *